Aller au contenu principal
L'impact de la viande sur les humains, les animaux et l'environnement

Fontenay-sous-bois : réfléchissez M. Le Maire !

Des parents d’élèves ont sollicité la commune de Fontenay pour qu’elle propose des repas sans viande dans les cantines scolaires, demande rejetée. Le collectif Viande.info a adressé au sénateur maire de Fontenay, Jean-François Voguet un courrier lui demandant de revenir sur cette décision.

Le 15 décembre 2010

    Monsieur le Maire,

Des parents d’élèves ont sollicité l’élaboration de menus sans viande dans les cantines scolaires de votre commune. Évoquant des raisons logistiques, mais également idéologiques, vous avez refusé.
C’est fort dommage, car les repas végétariens présentent de multiples avantages.

D’abord, ils ne violent les convictions philosophiques, politiques ou religieuses de personne : ni celles des athées, ni celles des pratiquants de n’importe quelle religion, sans exclusive. Un partisan de la droite, du centre, de la gauche, un écologiste et un anarchiste peuvent manger végétarien. Les repas végétariens sont les menus laïques par excellence : ceux qui n’excluent personne dans la restauration collective, sans pour autant être marqués des exigences d’une confession particulière.
Le végétarisme, Monsieur le Maire, n’est ni une religion, ni une pratique sectaire. En revanche, il est pragmatique et « vert », vertueux, pourrait-on même ajouter : sa généralisation éviterait bien des soucis à notre chère planète bleue si durement secouée ces derniers temps, supprimant du même coup une part notable des causes de la déforestation, de l’effet de serre, du pillage des océans et, en un mot, du gaspillage éhonté des ressources. Gaspillage payé au prix fort par les populations les plus pauvres.

Dans un rapport rendu public le 14 octobre 2009, la FAO estimait à 1,02 milliard le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde. 70% des terres à usage agricole sont, directement ou indirectement, consacrées à l’élevage. Une forte consommation de produits animaux tue des humains, ou les maintient dans l’extrême misère. René Dumont qualifiait déjà en son temps l’Occidental, avec sa surconsommation de viande, de « cannibale indirect ». La croissance accélérée des productions animales dans le monde au cours des dernières décennies a dramatiquement accentué ce « cannibalisme ». S’il n’est pas exclusivement le fait des Occidentaux, il est assurément une des formes que prend l’accaparement des ressources par les riches au détriment des pauvres.

Comme le rappelle Hervé Le Bras, démographe, directeur d’études à l’INED : « Si la planète entière adoptait le régime alimentaire des Français, elle ne pourrait nourrir que 3,4 milliards de personnes, soit la moitié de la population actuelle ».
Vous comprendrez que la phrase « Nous n’allons pas mettre des enfants à part », prêtée à votre adjointe Martine Antoine, dans l’article paru dans Le Parisien du 6 décembre dernier, nous ait fait dresser les cheveux sur la tête. Ce sont les enfants et autres personnes fragiles qui souffrent le plus des conséquences de la sous-alimentation. La solidarité internationale exige une baisse de la consommation de produits d’origine animale dans les pays riches. La présence du choix végétarien dans la restauration collective est un moyen efficace pour y parvenir, tant par son effet direct que pour sa valeur pédagogique. Cerise sur le gâteau : l’évolution vers une alimentation plus végétale nous serait bénéfique en termes de santé publique.

L’alternative végétarienne est la marque d’une démarche altruiste, qui en outre va au-delà de l’espèce humaine (les autres, ce sont aussi les bêtes) : avez-vous pensé à cet abattoir géant qu’est devenue notre planète ? Aux 60 milliards d’animaux terrestres (dont plus d’un milliard rien qu’en France) élevés et tués chaque année dans des conditions souvent inacceptables ? Aux dizaines de milliards d’animaux marins qui subissent un sort analogue ?

Sur un plan pratique, sachez que plusieurs communes offrent déjà le choix des repas sans viande, il est donc tout à fait possible de mettre en place une telle alternative.

Monsieur le Sénateur Maire, nous espérons que ces quelques arguments vous amèneront à approfondir cette question et à reconsidérer la position de votre commune concernant une offre sans viande dans les cantines de Fontenay-sous-Bois. Ci-joint, vous trouverez la brochure Pourquoi et comment végétaliser notre alimentation à laquelle nous avons participé et qui reprend des informations développées sur le site viande.info.

Nous restons à votre entière disposition et sommes tout à fait disposés à vous rencontrer pour une présentation plus complète de cette problématique, ainsi que pour aborder les aspects pratiques de la mise en place d’une offre de menus végétariens.

Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Sénateur Maire, l’expression de notre haute considération.

Collectif Viande.info
http://www.viande.info/

Euractiv18 juillet 2018https://www.euractiv.fr/section/climat/news/le-lait-et-la-viande-seront-les-plus-grands-pollueurs-dici-2050/Le lait et la viande seront les plus grands pollueurs d’ici 2050
Le Journal de l'environnement18 juin 2018http://www.journaldelenvironnement.net/article/la-biodiversite-de-nouvelle-aquitaine-malade-de-l-agriculture-intensive,92260La biodiversité de Nouvelle-Aquitaine, malade de l'agriculture intensive
L'Usine Nouvelle08 mai 2018https://www.usinenouvelle.com/article/les-pays-consommateurs-de-viande-ont-la-plus-forte-empreinte-carbone.N689539Les pays consommateurs de viande ont la plus forte empreinte carbone
Medscape17 avril 2018https://francais.medscape.com/voirarticle/3604063?nlid=121883_2401&src=WNL_mdplsnews_180418_MSCPEDIT_FR&uac=285680MJ&faf=1Beurre ou huile d'olive, un impact opposé sur la mortalité
Le Monde26 mars 2018http://www.lemonde.fr/planete/article/2018/03/26/la-deforestation-de-l-amerique-du-sud-nourrit-les-elevages-europeens_5276289_3244.html La déforestation de l’Amérique du Sud nourrit les élevages européens

MENU