Actualités

13 juin

Logo de France 3

Documentaire

"Adieu veau, vache, cochon, couvée" , diffusé sur France 3 mercredi 13 juin, a suscité de nombreuses réactions et a poussé le débat sur le modèle agricole et alimentaire français.

→ Voir le documentaire (pendant 7 jours).

22 mars

Journée mondiale de l'eau

Journée mondiale de l'eau

Action au pied de la Tour Eiffel le 22 mars à midi :

1 STEAK = 1500L d'eau

→ En savoir plus

Lettre ouverte au ministre de l'Agriculture

Le 21.11.2011

   Monsieur le Ministre,

Le décret et l’arrêté sur la restauration scolaire du 30 septembre dernier ont suscité l’indignation de citoyens attachés au respect de la liberté de conscience, et de citoyens soucieux de voir notre pays évoluer vers un modèle alimentaire plus durable, c’est-à-dire compatible avec la protection de l’environnement, la protection des animaux, et avec un partage équitable des ressources alimentaires au niveau de la planète.

Les raisons de la colère

Ces textes empêchent la mise en place de menus alternatifs végétariens quotidiens en complément du menu standard. Ils interdisent ainsi de proposer des repas équilibrés aux enfants des familles qui refusent le menu standard pour raisons de conscience (qu’il s’agisse de familles végétariennes ou végétaliennes par respect de la vie animale, ou de familles qui refusent les plats carnés en collectivité pour raisons religieuses). Par ailleurs, la présence de l’alternative végétarienne intéresse d’autres usagers, comme le prouve son succès dans les lieux où elle est proposée.

D’autre part, ces textes rendent obligatoire un modèle alimentaire fondé sur une hyper consommation de produits d’origine animale, en imposant leur présence dans chaque plat principal de chaque menu, et en imposant de surcroît la présence d’un produit laitier dans chaque menu. A cet égard, ils heurtent l’ensemble des personnes conscientes des dégâts occasionnés par le modèle de production agricole et le système de surexploitation des océans qui rendent possible (pour une minorité des habitants de la planète) un tel régime alimentaire.

Ces dispositions sont d’autant plus choquantes qu’elles reposent sur des présupposés nutritionnels fantaisistes. Fort heureusement, nos besoins en calcium, protéines et autres nutriments peuvent être satisfaits sans que le lait et la chair (ou les œufs) des animaux soient de tous les repas. Le contraire signifierait qu’il est sans espoir de jamais parvenir à nourrir correctement l’ensemble des êtres humains.

Ces textes sont inacceptables en ce qu’ils privent tant les usagers que les responsables de la restauration scolaire de tout pouvoir et liberté d’agir en faveur d’une alimentation plus solidaire : respectueuse des animaux, soucieuse d’un partage équitable des ressources à l’échelle mondiale, attentive à la préservation d’une planète vivable pour tous ses habitants, et assurant l’accueil sans discrimination de tous les enfants et adolescents dans la restauration collective.
Aucun de ces objectifs ne saurait être atteint en rendant obligatoire un modèle alimentaire dont la condition d’existence-même est le recours systématique aux produits de la pêche et de l’élevage industriels.

Une rencontre à la DGAL

Le 26 octobre dernier, une délégation de représentants d’associations opposées au décret restauration scolaire a été reçue par Monsieur Jean-Luc Angot, directeur de la DGAL, accompagné de M. Jean-Paul Mennecier, chef du Service de l’alimentation.
Monsieur Angot a indiqué que, selon lui, le seul objectif du décret était de diversifier l’alimentation, d’élargir le choix des usagers et d’assurer à tous une alimentation équilibrée. Il a indiqué qu’à son sens il ne s’agissait pas d’imposer aux établissements de servir de la viande à ceux qui n’en veulent pas.
Reste qu’en l’état, les textes l’imposent effectivement. Ils ne laissent aucune latitude aux élus et responsables de la restauration collective, que ce soit pour proposer des menus standard avec une moindre proportion de produits d’origine animale dans le souci de favoriser un modèle alimentaire plus durable, ou pour proposer chaque jour un menu alternatif végétarien en complément du menu standard. De fait, les textes restreignent le choix des usagers au lieu de l’élargir.

Demande de retrait et de révision des textes

Pour les raisons indiquées ci-dessus, nous demandons le retrait de ces textes. Des aménagements précaires sous forme de dérogations au cas par cas accordées par le ministère de l’Agriculture, ou de circulaires, notes de service et autres textes infra-réglementaires indiquant qu’il est possible d’interpréter le décret et l’arrêté du 30 septembre 2011 comme ne disant pas ce qu’ils disent effectivement, ne constitueraient pas des garanties suffisantes contre les effets dommageables de ces textes.

Il est en revanche tout à fait possible de les revoir, en préservant leurs aspects positifs (souci de la qualité nutritionnelle des repas, souci d’éviter les excès de graisse ou de sel, etc.), et sans remettre en cause l’ensemble du travail effectué pour les élaborer. Il suffit :
- d’indiquer explicitement que les prescriptions concernant le menu standard n’excluent pas la mise en place d’une alternative végétarienne ou végétalienne,
- d’indiquer explicitement dans la grille de fréquence de service de diverses denrées, que les produits animaux peuvent être remplacés par des produits végétaux, du moment que les besoins nutritionnels sont satisfaits, afin que les élus et responsables de restauration collective soucieux de mettre en place des repas équilibrés moins riches en produits d’origine animale puissent le faire.

Les associations et les élus signataires de ce courrier sont à la disposition des services de votre ministère pour une concertation sur les thèmes ci-dessus.

Recevez, Monsieur le Ministre, l’expression de notre haute considération,

26 octobre

restauration collective manifestation

Mercredi 26 octobre 2011, un rassemblement a eu lieu devant les bureaux de la Direction Générale de l'Alimentation pour exiger l'abrogation du décret et de l'arrêté sur la restauration scolaire.
→ En savoir plus

2 sept

végétarien dégoûté

De nouvelles normes en préparation dans la restauration collective risquent fort d'imposer, à hautes doses, la présence de produits d'origine animale dans les menus.

Lire La restauration collective aux ordres de l'agroalimentaire

26 fev

Nouveau rapport sur les ventes d'antibiotiques publié par l'Agence nationale du médicament vétérinaire. Les antibiotiques sont toujours massivement utilisés dans les élevages.

14 jan

A propos du rapport Agrimonde (INRA + Cirad) :
"Mais il est clair que si toute la planète mange comme on mange, et notamment autant de viande, la pression sur les ressources naturelles ne sera pas tenable". Lire la dépêche AFP

15 déc

Fontenay-sous-bois : réfléchissez M. Le Maire !

Des parents d’élèves ont sollicité la commune de Fontenay pour qu’elle propose des repas sans viande dans les cantines scolaires, demande rejetée. Le collectif Viande.info a adressé au sénateur maire de Fontenay, Jean-François Voguet un courrier lui demandant de revenir sur cette décision.

1er oct

Programme national de l’alimentation : programme égoïste d'un modèle alimentaire désuet et suicidaire (communiqué de presse)

28 juin

Assiette tous risques, Pièces à conviction - France 3

Logo de France 3 Télévision

17 juin

Des députés demandent au président de l'Assemblée nationale des repas végétariens dans les restaurants parlementaires. (Lire le communiqué de presse)

19 mai

Vignette de la vidéo de la Questure

Buffet débat à la Questure de l'Assemblée nationale :
De l'assiette à la planète, enjeux & éthique : des parlementaires s'engagent.

22 fév

Logo de la pétition contre la propagande du CIV dans les écoles

Le CIV, organe de communication des filières viandes, cherche à intervenir directement dans les écoles.

Pétition pour dire Non à la propagande pro-viande dans les écoles !